L’histoire du père Blaize

Prendre soin de vous,
N A T U R E L L E M E N T.

Institution marseillaise, l’herboristerie du Père Blaize a été créée en 1815 par Toussaint Blaize.

En ouvrant son herboristerie rue Méolan, au cœur de la ville, ce savant guérisseur venu des Alpes de Haute Provence fait alors connaître aux Marseillais les vertus de la phytothérapie, l’art de soigner avec les plantes.

Pendant près de 2 siècles, l’officine sera dirigée par les descendants de son fondateur, sur six générations. Aujourd’hui devenu pharmacie-herboristerie, le fameux magasin partage toujours son savoir-faire unique, et continue de proposer des milliers de produits, plantes médicinales, herbes et formules naturelles, contribuant à forger la réputation d’une enseigne chargée d’histoire.

Fin 2013, Cyril Coulard, pharmacien et herboriste, reprend les rênes de la maison afin de perpétuer la tradition et donner à l’herboristerie un nouvel élan.

Pharmacien passionné au tempérament d’entrepreneur, il entrevoit très vite les perspectives de développement de l’enseigne, portées par l’actuelle tendance de retour aux médecines naturelles et bio.

Une vraie complicité l’unit à Martine Bonnabel-Blaize, ancienne propriétaire restée dans la maison, descendante de Toussaint Blaize et détentrice d’un savoir unique. Conscient de la mission de transmission de savoirs ancestraux hérités de la famille Blaize, le jeune pharmacien-herboriste ambitionne de multiples projets afin de positionner l’entreprise comme un acteur majeur de la phytothérapie et de la santé. Faire connaître les médecines naturelles au plus grand nombre, diversifier les gammes de produits et les axes de distribution, tels sont les défis que le docteur Cyril Coulard entend relever.

 

HERBORISTE, UN MÉTIER, UNE HISTOIRE

 

Le métier d’herboriste ou de phytothérapeute est reconnu pour la première fois en France en janvier 1312 et la corporation d’herboriste reconnue au XVe siècle. A cette époque, on parle plutôt d’apothicaire. Le diplôme d’herboriste est délivré par la faculté de médecine à partir de 1778, puis l’École Nationale d’Herboristerie de Paris est fondée en 1927.

Hélas, la formation et le diplôme sont supprimés en 1941 par le régime de Vichy. Ni l’un, ni l’autre n’ont été rétablis depuis.

Néanmoins, aujourd’hui, selon le code L659 de santé publique, l’exercice de l’herboristerie est réservé aux pharmaciens titulaires d’un diplôme de faculté, exerçant au sein d’une officine. Les pharmaciens sont les seuls à avoir le droit de vendre les plantes ne figurant pas dans la liste des 148 plantes en vente libre, soit 365 plantes médicinales.

Un diplôme universitaire de phytothérapie, réservé aux médecins, pharmaciens et vétérinaires, est délivré par la Faculté de Médecine Paris XIII ainsi qu’à la faculté de pharmacie de Marseille depuis 2013. Les docteurs Martine Bonnabel-Blaize et Cyril Coulard, son successeur, y enseignent et y transmettent leur savoir.