Les Plantes du père Blaize

Depuis la nuit des temps, pour son alimentation et ses remèdes, l’homme a puisé ses ressources dans son environnement végétal.

Face au développement de la thérapeutique moderne, basée sur la chimie de synthèse et l’industrie pharmaceutique, le public exprime un certain scepticisme et se tourne naturellement vers les médecines naturelles et bio. En quête de remèdes à base de plantes et de médecines douces, le consommateur revient vers la phytothérapie et l’aromathérapie. Authenticité, naturel, bio, productions locales, tels sont aujourd’hui les maîtres-mots dans la recherche du bien-être.

DES CHIFFRES ET DES PLANTES 

Entre 40 à 70% des médicaments proviennent de substances naturelles, telles que les plantes, les organismes marins, les micro-organismes, etc. [Journal du CNRS n° 240-241, janvier-février 2010]

LES FRANÇAIS ET LA PHYTOTHÉRAPIE, UN ENGOUEMENT PROFOND

63% des Français ont confiance en la phytothérapie, 35% utilisent des plantes médicinales en complément de la médecine allopathique classique, 45% disent avoir recours à la phytothérapie, 28% lui donnent la priorité devant la médecine chimique classique, et 43% des personnes ayant régulièrement recours à la phytothérapie et à l’homéopathie le font en prévention. [Observatoire Sociétal du Médicament 2011] – [TNS-Sofres pour Les Entreprises du Médicament (LEEM), 24 mai 2011]

En Europe, ce sont les Allemands qui sont les plus grands consommateurs de plantes médicinales et d’aromathérapie ; les pharmacies, appelées « Apotheke », n’ayant jamais cessé de proposer des produits de phytothérapie, d’aromathérapie et d’homéopathie. A elle seule, l’Allemagne représente 30% du marché mondial. La France représente un modeste 13%, mais les Français plébiscitent les médecines douces et en consomment plus que toute l’Amérique du Nord (11%)!

La sélection du père Blaize :